La coordination en Belgique

Le Conseil des ministres en Belgique a nommé le Dr Erika Vlieghe comme coordinatrice nationale Ebola. Son coordinateur adjoint est le Dr Daniel Reynders du service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement.  Ils sont chargés de la prise en charge globale des actions en matière d’Ebola dans notre pays et de la coordination du flux d’information à l’intention de professionnels et du grand public.

En cas de menace pour la santé publique, comme la fièvre Ebola, les autorités sanitaires prennent des mesures permettant de maintenir le risque pour la population belge au niveau le plus faible possible. C’est la mission du Risk Management Group. Ce groupe se compose de l’ensemble des autorités sanitaires qui se basent sur l’avis du Risk Assessment Group pour décider conjointement quelles sont les mesures nécessaires à prendre pour protéger la santé publique en Belgique. Le Risk Assessment Group analyse le risque de la fièvre Ebola pour la population belge en fonction de données épidémiologiques et scientifiques. Le Risk Assessment Group se compose:

  • de médecins épidémiologistes de l’Institut scientifique de santé publique (WIV-ISP)
  • de l’autorité fédérale et des entités fédérées disposant d’une compétence en matière de santé
  • d’experts possédant des connaissances spécifiques sur la fièvre Ebola

Une cellule départementale de crise a été créée au sein du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Elle est responsable de tous les aspects opérationnels de la préparation à un éventuel cas d’Ebola en Belgique. La cellule de crise comprend des groupes de travail au sein desquels les acteurs de la santé publique, des partenaires publics issus d’autres domaines et des experts participent à l’élaboration de procédures, formulaires et communications aux citoyens et professionnels.

Saniport

Saniport est la police sanitaire qui surveille le trafic international 24 heures/24. Les collaborateurs Saniport veillent à la santé des passagers et des équipages des avions et des bateaux. Ils sont présents à l’aéroport de Bruxelles-National ainsi que dans les ports d’Anvers, de Gand, d’Ostende et de Zeebrugge. Si un pilote ou un capitaine signale une possible contamination par la fièvre Ebola à bord, Saniport prendra les mesures appropriées.

Les autorités sanitaires des communautés et des régions en Belgique

Les maladies infectieuses, dont Ebola, qui menacent ou qui sont susceptibles de menacer la santé publique doivent être signalées au médecin en charge de la lutte contre les maladies infectieuses de l’autorité sanitaire de la communauté ou de la région concernée en Belgique. Ces autorités sont les suivantes :

  • la Région wallonne
  • la Commission communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale
  • l’Agentschap Zorg en Gezondheid (Communauté flamande)
  • La Communauté germanophone

 

logo-DG
logo-wallonie
logo-vlaanderen-is-zorg

Tous les médecins (généralistes), laboratoires cliniques, médecins hospitaliers, établissements de soins, services préventifs et le service médical de l’aéroport doivent immédiatement informer le médecin en charge de la lutte contre les maladies infectieuses en cas de suspicion de contamination par le virus Ebola. Le but de ce signalement obligatoire est de pouvoir prendre les mesures nécessaires en temps utile pour éviter la propagation de la maladie.

Le médecin en charge de la lutte contre les maladies infectieuses évalue chaque signalement d’Ebola, en concertation avec plusieurs collègues médecins comme le médecin traitant, l’infectiologue et le coordinateur Ebola. S’il s’agit d’un cas potentiel de contamination par Ebola, la procédure nationale « Ebola » est mise en route. Cela signifie :

  • Informer les autres autorités sanitaires en Belgique.
  • Régler le transport du patient vers un hôpital de référence pour Ebola.
  • Assurer le suivi du diagnostic et le traitement du patient.
  • Identifier les contacts et assurer leur suivi s’il s’avère que le patient a contracté la maladie.

Les hôpitaux belges de référence pour la fièvre Ebola

Tous les hôpitaux belges sont en mesure de détecter un cas de contamination possible par la fièvre Ebola et d’isoler le patient concerné en toute sécurité.

En Belgique, les patients suspectés d’avoir la fièvre Ebola ou dont des analyses ont confirmé la contamination par le virus Ebola sont pris en charge par l’un des trois hôpitaux de référence :

  • l’hôpital Saint Pierre à Bruxelles
  • l’hôpital universitaire d’Anvers

Ces deux hôpitaux collaborent étroitement avec les autorités sanitaires de manière à garantir une prise en charge sûre des patients.

Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (afmps)

L’afmps soutient pleinement le développement de nouveaux médicaments dans la lutte contre l’Ebola et veille à leur qualité, sécurité et efficacité dans l’intérêt du patient. L’afmps évalue, en collaboration avec les autorités en matière de médicaments d’autres pays et de l’Agence européenne des médicaments (EMA), les informations disponibles concernant les traitements contre l’Ebola en développement. Dans le cadre d’un usage compassionnel et des programmes médicaux d’urgence, on peut envisager de quand même mettre des médicaments encore en développement à la disposition de patients.

L’afmps fournit également une expertise pour l’accueil d’éventuels patients en Belgique et prend des mesures pour assurer la sécurité du sang, des composants sanguins, des cellules et tissus d’origine humaine de personnes revenant des régions à risque ou qui ont été en contact avec des patients infectés avec le virus Ebola.

Logo AFMPS